Skip navigation

Category Archives: Anime

J’ai pas envie de débattre trop là dessus, chacun à son avis propre et je le respecte. Ce commentaire s’adresse aux personnes condamnant toute personne continuant à apprécier la japanimation d’aujourd’hui d’être forcément un adolescent pré-pubère en manque de sexe, un amateur de niaiseries plates et sans intérêt, un crétin qui se contente des mêmes formules d’aventure, ou que sais-je d’autre. Parlez-en entre vous, je ne pense pas répondre.

Je commence à n’en plus pouvoir de tous les gens qui passent leur temps à dire « l’industrie de l’anime est foutue », « tout stagne », « c’est toujours la même chose », NON ça a toujours été comme ça, c’est les mêmes commentaires pour la musique, pour les films, pour tout, OUI il y a toujours des bonnes choses qui sortent, OUI les sujets sont récurrents et c’est pas pour ça qu’il n’y a que de la merde. Y a pas de meurtre de l’industrie, JUSTE DES GENS QUI EXAGERENT. Le setting scolaire trop courant ou les excès de boobs font vomir la moitié des spectateurs, l’autre s’en réjouit, de l’autre côté l’histoire super originale ou au concept recherché ne va pas attirer l’oeil de tout le monde, et c’est pas toujours ça qui va le rendre « génialissime ». Stop, stop, stop ! Les années 80 et 90 fonctionnaient pareil, y a juste des gens qui râlent, et des gens qui donnent de la valeur. Des gens qui gagnent leur pain, et des gens qui n’ont pas eu de chance. Que ce soit injuste ou pas. C’est le monde de l’industrie.

Trollez, trollez, tout le monde à le droit de penser que tel ou tel truc c’est de la merde, mais dire que tout est foutu et que c’est toujours la même chose, c’est s’aveugler et se raidir totalement. Pour tous les gens concernés, je leur dis « dommage », et les laisse regarder la même chose en boucle, s’ils ne peuvent voir qu’il existera toujours de la nouveauté, même dans une série ne présentant pas de contenu original aux premiers abords ou dans sa totalité. Tout s’articule, ce n’est pas qu’une question de scénario cinq étoiles, de grande appréciation générale, ou de manque de popularité. (overrated et underrated, ça passe à la trappe, merci)
On peut trouver dommage qu’un truc soit moins vu que d’autres, mais c’est toujours la même histoire, pour certains c’est simplement normal. DU PUR SUBJECTIF. On ne peut se plaindre qu’à partir de là.

Tout le monde a le droit à son ras-le-bol, mais gâchez pas le plaisir des gens qui trouvent encore leur plaisir dans ce divertissement, ce ne sont pas tous des abrutis de moutons, c’est encore une pensée de pseudo-être supérieur dont l’attitude hautaine donne la nausée. Elitiste ça va, agressif non.

J’ai peut-être des arguments faibles et une rhétorique de gamin pas content, je ne cherche pas à être plus crédible que ça. Je voulais juste le dire. Merci. Je supprimerais sans regret ou honte tout commentaire offensif ou gênant de mon point de vue.
Toute personne se croyant apte à juger autrui comme inférieur à soi est invitée à aller faire sa diffusion de haine à l’extérieur de mon blog « d’ignorant trop bon trop con ». Merci à nouveau.

Black★Rock Shooter

Black★Rock Shooter

Un nouvel OAV tout neuf tiré d’une idée de personnage de Huke inventé y a un bon moment, Black★Rock Shooter, et de ryo (de supercell, écoutez leur super album éponyme d’ailleurs) qui a composé l’OST pour cet OAV. B★RS est également la première production de la compagnie Ordet. Je pense que pour les habitués il est inutile de le dire, mais ce personnage a gagné en popularité depuis l’an dernier, et les trailers et posts relatifs à l’anime vont de bon train depuis, sans rappeler que supercell ont inclu une chanson sur le personnage dans leur super album éponyme que je vous ai déjà demandé d’écouter (faites-le !!!).

Bref, pour dire vrai je connaissais le personnage simplement parce que je l’ai vu ci et là sur les interfesses et dans les conv’, et j’ai décidé de mater l’OAV tout frais tout neuf sorti le 24 juillet, et je vais à présent faire comme tout le monde bien gentiment: en parler puis donner mon avis dessus. :]

B★RS a une mise en scène très simple: On suit la vie quotidienne de Mato, qui entre au lycée, et noue rapidement un lien avec une rapatriée richarde réservée (notez mon allitération déroutante) déménageant régulièrement, nommée Yomi. Les scènes de la vie des personnages sont régulièrement mêlées à des scènes d’un univers parallèle avec les formes respectives de ces personnages en tant que Black★Rock Shooter et Dead Scythe. Cette dernière essaie de neutraliser B★RS pour une raison expliquée plus tard dans l’OAV. Cet univers parallèle donne l’impression d’être une sorte d’illustration des sentiments des personnes de l’univers « normal ».

Mato est une fille enjouée et pleine de vie, et bien que pas extrêmement douée en classe, elle ne se laisse jamais abattre et garde toujours le cap. Elle a un sacré penchant pour le basket, et amène Yomi à s’inscrire dans un club de sport. On apprend peu de ses relations avec les autres personnes que Yomi et Yuu, mais elle est apparemment abordable et facile à vivre, agréable et à l’écoute. Son club de basket joue dans une salle en partage avec le club de volley, que Yomi rejoint après une petite discussion avec Mato, et les filles se rejoignent ainsi après les activités et rentrent ensemble. Mato montre ainsi à Yomi son endroit préféré, un coin où l’on peut voir toute la ville, et lui offre également un strap pour portable identique au sien, cyan avec une petite étoile cyan accrochée.

Ainsi se déroule toute la première année, une sacrée ellipse est ensuite passée et on se retrouve dans la seconde, cependant, les filles se retrouvent dans des classes voisines et non plus dans la même (Mato ne peut plus copier les maths sur Yomi !), Mato est dans la même classe que Yuu, dans le même club que Mato, et les deux commencent à se rapprocher l’une de l’autre, et bien sûr ce nouveau lien se renforçant, un impact se ressent sur l’amitié Mato/Yomi. Un soir, Mato et Yuu se mettent à parler basket un peu longtemps sur le chemin et on sent Yomi de côté, et bien que Mato le remarque et s’excuse auprès de Yomi, celle-ci a l’air assez touchée et bien sûr: D’un seul coup elle disparaît, le lendemain soir en quittant plus tôt le club de volley.

Hm. On est facilement embarqué dans l’ambiance agréable et calme de l’histoire et on s’habitue rapidement aux alternances des deux univers, mais mis à part le beau travail musical et le plaisir qu’on a à voir la beauté des deux univers et leurs personnages, il n’y a rien d’exceptionnel. Franchement. Je n’ai pas ressenti d’impact émotionnel très fort quand Mato se met à la recherche de Yomi et qu’elle se mette à pleurer pendant la discussion avec les enquêteurs. Mato tente de contacter Yomi en vain jusqu’au lendemain soir de sa disparition où elle reçoit un message vide et conclut qu’elle a dû aller dans son endroit favori, le petit coin de ville où l’on voit tout le paysage, et une fois là-bas, évidemment, personne, mais elle voit (suspense) le strap dans l’herbe, le ramasse, et après une scène où B★RS réussit à enfin s’approcher de Dead Scythe et à la retransformer en Yomi en la débarrassant de sa haine, Mato se retrouve projeter dans un monde à part, dans les nuages, où elle se retrouve nez à nez avec B★RS, papotage, et fusion, discussion obvious « – Mais qui es-tu donc ? *fusion des deux persos* – Black★Rock Shooter. », et générique.
Évidemment après le générique, Yomi et Mato se retrouvent et cette fois c’est Yuu qui se retrouvent en arrière, et annonce ainsi je l’espère la partie qui manque au petit vide que l’on ressent une fois que c’est fini.

Détrompez-vous, j’ai apprécié cet OAV, mais si l’univers de celui-ci était moins agréable, je pense que ça aurait été une perte de temps. L’atmosphère est agréable mais même sans que cela soit prévisible car on découvre seulement ce qui se passe avec le personnage, on a une impression de déjà-vu et on se dit « bien sûr » très vite bien que le tout soit écrit de façon à ce que l’on ne se retrouve pas face à des situations qu’on a déjà vu dans d’autres histoire. Ça n’aurait fait de mal à personne qu’il y ait plus d’accentuation et d’exagération sur ce projet. En fait, je suis même un peu triste que ça se soit fini sans qu’il n’y ait plus dans chaque partie, évidemment il est dur de développer si on prévoit tout pour un OAV de 52 minutes, mais c’est juste dommage qu’il n’y ait pas de vraie mise en valeur, trop de modestie. On passe néanmoins un bon petit moment devant Black★Rock Shooter, et si vous avez envie de regarder quelque chose qui a du style tout en étant assez tranquille, ou simplement par curiosité, matez.

Black★Rock Shooter: 6.4/10